Aller au contenu principal

Industrie extractive au Burkina Les acteurs renforcent leurs capacités Sur le contrat de vente.


Actualites

Ouagadougou, le 28 juin 2021, (DCPM /MEMC). Le Projet d’Amélioration de la Surveillance de l’Industrie Extractive en Afrique Francophone Subsaharienne(PASIE) en collaboration avec la Cour des comptes du Burkina organise du 28 juin au 1er juillet 2021, un atelier de formation sur le contrat de vente des produits miniers et la formation des prix des métaux.



L’atelier de formation qui va se dérouler en deux vagues concerne les ministères, les institutions, les organisations de la société civile, les parlementaires et les responsables de la Chambre des Mines.

L'objectif est de permettre à ces parties prenantes nationales à la surveillance de l’industrie extractive au Burkina d’acquérir les connaissances sur le concept de contrat de vente, le format et le contenu d’un contrat de vente des produits miniers, avec l’étude d’un cas pratique portant sur l’analyse d’un contrat de vente et conception de fixation des prix des métaux.

Il s’agira également de les familiariser avec

les mécanismes et exemples de formation

des prix des métaux, afin qu’ils aient une compréhension et une maîtrise des bonnes pratiques utiles à la gestion des contrats miniers.

 

La formation est assurée par deux experts de l’industrie extractive auprès du PASIE.

Le Projet d’amélioration de la surveillance

de l’industrie extractive en Afrique francophone subsaharienne est une initiative de 06 ans financée par le gouvernement du Canada

et mis en œuvre par la firme Cowater international. Il a pour but d’améliorer

la gouvernance, la transparence et la reddition des comptes dans le secteur extractif

en Afrique francophone subsaharienne,

afin de contribuer à une économique durable au sein des pays concernés.

Il s’agit du Burkina Faso, de Madagascar, du Mali et du Cameroun. Ces pays ont connu une croissance importante des activités minières au cours des 10 dernières années.

DCPM/MEMC

 


Partager sur :