Aller au contenu principal

#caravane_de_presse_sur_les_performances_du_secteur_minier LA « DER » AVEC LA VISITE DES MINES SOUTERAINNES DE LA COMPAGNIE ROXGOLD A BAGASSI DANS LA BOUCLE DU MOUHOUN


Actualites

La caravane de presse, organisée par le ministère des mines et des carrières dans le cadre du mois de la redevabilité, s’est achevée le vendredi 9 octobre 2020 par la visite de Roxgold Sanu, une mine spécialisée dans l’exploitation souterraine dans la commune de Bagassi. Présentation de la mine, induction souterraine, visite de l’usine, du parc à résidus, d’un centre de formation professionnel et de la zone de conservation ont été les différentes articulations de cette dernière sortie de la caravane de presse



« J’ai été particulièrement impressionné par le projet de restauration de la biodiversité », a avoué le ministre des mines et des carrières, Oumarou Idani à la fin de la visite de la mine. Tout comme lui, toute l’équipe de journalistes a été édifiée par les pancartes indiquant les types de reptiles, de gros et petits animaux que l’on peut voir sur le site. Un projet de restauration de près de 100 ha bien conçu, mûri et mis en œuvre par les premiers responsables de la compagnie minière. Selon les confidences du directeur développement durable, Bassory Traoré il est interdit aux employés de la mine de tuer un animal sous peine de licenciement.

Les activités de la journée ont débuté après une brève présentation de la délégation du ministère des mines et des carrières (MMC) et le staff de Roxgold Sanu suivie des différentes allocutions. Un film a été, ensuite, projeté par le responsable santé-sécurité au travail, Abdoulaye Maïga. Par la suite, une présentation de la mine a été assurée par le directeur général Eric Gratton et le directeur développement-durable, Bassory Traoré. Il est ressorti que c’est en 2016 que la compagnie minière a développé à quelques kilomètres de Bagassi l’unique mine industrielle souterraine en production au Burkina Faso. Ils ont rappelé qu’il a fallu 105 milliards de F CFA d’investissements dans la construction de la mine, de l’usine de traitement et des installations annexes pour produire le premier lingot d’or. Et en 2017, ont-ils poursuivi, la mine a entrepris l’extension de son permis minier de Yaramoko et développé, une année plus tard, une seconde mine souterraine dénommée Bagassi Sud d’un coût global de 18 milliards de F CFA.

Le FMDL va réduire les investissements RSE mais…

Pour Bassory Traoré, sur les 786 travailleurs de Roxgold et des sous-traitants, 43% sont issus des populations riveraines, 46% d’autres Burkinabè et le reste composé de ressortissants africains et d’expatriés. M. Traoré a souligné que la compagnie a une politique de promotion des emplois nationaux qui permet une évolution de ceux-ci pour remplacer progressivement les non-nationaux. « 80% des emplois non-qualifiés sont accordé à la communauté locale », a-t-il ajouté.

Selon ses propos, il y a, également, des plans d’appui au développement communautaire bâti sur six axes : l’achat et l’emploi locaux, la santé et les investissements communautaires, l’héritage culturel et les infrastructures routières. Cela se traduit par des dons annuels de près de 60 tonnes d’engrais, l’accompagnement à l’acquisition de nouvelles terres de ceux qui leur ont cédé les leurs, l’encadrement pour l’aviculture, l’élevage des porcs, le maraîchage, … Par-dessus tout, Bassory Traoré a évoqué les importantes retombées fiscales en termes de recettes douanières, des taxes superficiaires, des impôts sur les bénéfices entre autres. Il a indiqué que certes, le Fonds Minier de Développement Local va réduire les investissements RSE, mais ROXGOLD va poursuivre la programmation d’activités RSE malgré l’opérationnalisation du FMDL. A l’entendre, l’une des difficultés majeures que rencontre la mine est l’activité des orpailleurs marquée par des incursions sur le site.

A la fin de la visite, le ministre Oumarou Idani s’est exprimé au sujet de la caravane de presse. Il a parlé d’une évolution progressive des activités depuis les communications sur la recherche, la gestion des titres et enfin la visite des sites miniers, aussi bien de carrière que de mines. Pour cette dernière étape, il dit avoir retenu les mesures particulières de santé sécurité qui sont prises à Roxgold Sanu. « Pour ceux qui sont allés dans le souterrain, ils ont pu voir les mesures mécaniques pour éviter les incidents, les mesures de communication et de coordination dans la circulation au niveau des galeries », a-t-il révélé. Il a, également, relevé la prise en compte des questions de développement durable, de relations avec les populations locales, de programmes d’appui du développement des localités. « On ne peut pas faire d’exploitation dans l’efficacité et la performance, sans une certaine sérénité dans l’environnement dans lequel on opère », a affirmé le ministre Idani. Le prochain gros chantier, a-t-il dit, est le contenu local avec le renforcement des compétences pour promouvoir les emplois locaux.

DCPM/MMC

 


Partager sur :