Aller au contenu principal

L’exploitation minière et son environnement LE DIRECTEUR GENERAL DES MINES ET DE LA GEOLOGIE TRAITE DE LA QUESTION AVEC DES JOURNALISTES


Actualites

Le directeur général des mines et de la géologie (DGMG), Dr Nicolas Kagambèga, a fait un exposé sur le thème « l’exploitation minière et son environnement : quels rapports avec l’Etat et les acteurs environnants » conformément au chronogramme du mois de la redevabilité. C’était le lundi 14 septembre 2020 sur le site de la mine de Wahgnion Gold Operations à Niankorodougou dans les régions des Cascades.



Il est ressorti de l’exposé du directeur général que l'Etat disposant de plein droit des gîtes naturelles de substances minérales au Burkina Faso, est le gendarme du secteur minier. Cela à travers ses responsabilités d'octroi de permis d'exploitation, de suivi-contrôle et d'inspection de l'exploitation. L'Etat se doit en plus de ces missions, de formuler des recommandations notamment en vue de préserver l'environnement et de protéger les travailleurs. Le non-respect de ces recommandations par une mine entraîne logiquement des sanctions.

Dr Nicolas Kagambèga s’est également appesanti sur les relations entre les mines et les acteurs environnants. Pour lui, une fois le contact établi dès les travaux de recherche, la mine interagit à travers des cadres de concertations régionales afin de remédier aux préoccupations des populations locales. « Un comité commun de suivi du fonds minier de développement local (CCS/FMDL) regroupant les responsables de la mine et les autorités locales veille à l'efficience de ce capital qui vise à l’avancement territorial », a-t-il révélé. Le DGMG, a poursuivi pour dire que l'environnement de la mine ne s’arrête pas là, parce que selon ses propos, la contribution des mines aux économies nationales passe nécessairement par leurs implications dans la promotion de la fourniture locale des biens et services à l’industrie minière. Il a soutenu que cette promotion passe, essentiellement, par l'ouverture du site aux fournisseurs locaux et la création d’opportunités pour les fournisseurs et entreprises minières. Dans cette démarche, les Organisations de la société civile (OSC) jouent un rôle de suivi citoyen de l'exploitation minière et de la gouvernance dans le secteur minier suivant les précisions de M. Kagambèga. 

Selon le directeur général, les sociétés minières par le biais de leurs responsables des relations avec la communauté ainsi que l’a affirmé le DG, doivent entretenir le contact avec les populations riveraines par la réalisation d’infrastructures et des sessions de formations pour initier les jeunes à l'auto-emploi.  
Dr Nicolas KAGAMBEGA, par ailleurs, maitre de conférences en géosciences, a informé les journalistes qu’à ce jour, 26 permis d'exploitation minière ont été octroyés à l’échelle nationale, dont 22 dédiés à l'exploitation de l'or. Il a assuré que la multitude des acteurs contribue à assurer un apport considérable du secteur minier à l'accroissement national. Les mines jadis négligées, pour lui, se sont aujourd’hui érigées en un pilier incontournable de développement. Il a suggéré que la concertation entre les parties prenantes du secteur minier puisse être renforcée afin d’éradiquer une bonne fois pour toute, les conflits entre mines et populations riveraines.
DCPM/MMC

 


Partager sur :