Aller au contenu principal

mois_de_la_redevabilite_dans_le_secteur_minier CONFORMEMENT A LA VISION DE ROCH MARC CHRISTIAN KABORE, LES CARRIERES CONNAISSENT UN PROGRES NOTOIRE AU BURKINA FASO


Actualites

Longtemps restées dans l’ombre des mines, les substances de carrières réparties sur tout le territoire burkinabè peuvent créer de la richesse et des emplois. Très peu valorisé, le secteur d’après le Ministre Oumarou IDANI, a conformément à la vision de S.E.M Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, amorcé une nouvelle dynamique avec la création d’une direction générale des carrières (DGC) en 2017. A l’occasion du mois de la redevabilité, le premier responsable de cette structure, Abdoulaye Sambaré a, par le biais d’un exposé, présenté ces substances, le potentiel existant, les opportunités de création de richesse et d’emplois et les perspectives



Encore connues sous l’appellation ‘’substances utiles’’ ou ‘’minéraux du développement’’, les substances de carrières désignent, conformément à l’article 22 du Code minier, l’ensemble des gîtes de matériaux de construction, d’empierrement et de viabilité, d’amendement pour la culture de la terre, et ceux servant à l’industrie céramique. L’on peut citer, les phosphates de Kodjari et d’Aloub-Djouana, le calcaire à ciment de TinHrassan et Tin-Doulaf, le calcaire dolomitique de Tiara et de Samandéni, le granite et la latérite,… « Des informations relatives à ces substances notamment leurs localisations et leurs utilisations possibles, les caractéristiques physico-chimiques de certains gîtes, la carte des substances utiles en générale et des cartes thématiques existent », a indiqué le directeur général des carrières (DGC), Abdoulaye Sambaré.  
Pour lui, le ministère des mines et des carrières s’est engagé à promouvoir ce secteur eu égard à son potentiel avéré et conformément à l’axe 3 du PNDES « Dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi ». Un engagement qui répond aussi à un besoin de diversification de la production minière dans notre pays. Cette volonté politique s’est traduite par la création d’une Direction générale des carrières (DGC) et celle d’un programme budgétaire opérationnel dédié aux carrières en 2018. A la date du 30 juin 2020, M. Sambaré a indiqué qu’il y avait, pour les autorisations industrielles, 23 en exploitation effective, 11 en arrêt d’activités, une quarantaine en attente d’exploitation et une vingtaine de demandes en cours. Quant aux autorisations semi-mécanisées, il a parlé d’une dizaine de demandes en instance. En termes d’emplois créés, ce sont au moins 900 dans les carrières industrielles et 8000 dans les carrières artisanales, avec un montant de 312 898 577 F CFA par an au fonds minier de développement local.  

 

Abdoulaye Sambaré a, par ailleurs, annoncé la mise en place d’une unité industrielle dans la filière carrière et matériaux de construction. Il s’agit, selon lui, d’accroître la disponibilité des matériaux de construction et réduire leur importation, réduire les coûts de construction des infrastructures et participer à la création d’emplois. Ainsi, de nombreux investissements sont prévus sur l’ensemble du territoire avec les résultats suivants : 5 500 emplois directs et 10 000 emplois indirects, plus de 100 milliards de FCFA de chiffre d'affaires, la réduction des importations de clinker et d'hydrocarbures de plus 16 milliards par an, et plus de 4 milliards FCFA de collecte fiscale additionnelle pour l'Etat.

Conscient des efforts à faire, le DGC, Abdoulaye Sambaré a relevé qu’au niveau du ministère, la dynamique est dans la poursuite des actions d’organisation et de promotion de ce secteur, de même que l’amélioration de la connaissance de ces substances.

DCPM/MMC


Partager sur :