Aller au contenu principal

UNE CONCERTATION POUR VALIDER LA STRATEGIE NATIONALE DU CONTENU LOCAL DANS LE SECTEUR MINIER.


Actualites

Les spécialistes et les praticiens du secteur minier s’accordent à dire que le contenu local est le fait pour un pays riche en ressources minérales d’inciter les multinationales exploitantes des ressources à intégrer dans leur processus de production, des entreprises et de la main d’œuvre locale. Il est établi qu’une bonne politique de contenu local est un facteur de maximisation des retombées du secteur. Aussi, le Ministère des Mines et des Carrières a-t-il lancé depuis 2014, un processus itératif et participatif d’élaboration et d’adoption d’une stratégie nationale de contenu local. La validation de l’étude se fera au terme d’un atelier qui se tient les 20 et 21 Octobre 2020 à Ouagadougou.



Pour la validation, le ministère a convié autour de la table, les ministères directement ou indirectement concernés par le contenu local, les représentants des sociétés minières, les fournisseurs divers de biens et services aux mines et des leaders de la société civile. Le ministre burkinabè des mines et des carrières Oumarou Idani qui a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier a laissé entendre qu’au-delà des recettes budgétaires et autres taxes, il était impératif de prendre des mesures visant à doper d’autres formes d’avantages économiques conférés par l’industrie extractive. Il a ajouté que le concept de « contenu local » regroupe un certain nombre de dimensions à savoir l’augmentation de la part locale dans la fourniture de biens et services miniers. A cela s’ajoute le développement des compétences pour la promotion des emplois nationaux au niveau du Burkina, le renforcement de la compétitivité des entreprises par des actions visant à soutenir les PME-PMI.

Les réflexions au cours de l’atelier devront porter entre autres sur la réglementation de la concurrence, la mise en place de la bourse de sous-traitance, la réglementation de la concurrence, la valorisation des produits miniers et l’amélioration de l’approvisionnement des industries extractives en biens et services locaux.

La genèse de la stratégie nationale du contenu local remonte à 2014, quand la banque mondiale avec la Chambre des mines a fourni une assistance technique à l’effet de soutenir les fournisseurs locaux. Puis, donnant l’impression d’être rangée aux oubliettes, l’on en entendra parler à nouveau en 2017, dans le cadre du projet d’appui au développement du secteur minier (PADSEM) mis en œuvre par le ministère en charge des mines en partenariat avec la Banque mondiale. A noter que l’élaboration de cette stratégie a été soutenue de bout en bout par le forum intergouvernemental sur les mines, les minerais, les métaux et le développement durable (IGF) et des représentants de plusieurs structures publiques et privés.

Le vœu du ministre Oumarou Idani est qu’au sortir de cette rencontre de 48 heures, il y’ait une validation consensuelle qui permettra de tracer une feuille de route pour la promotion du contenu local.

Lorsqu’on parle du contenu local, conclut le ministre Oumarou Idani, tout de suite « on pense que c’est de la responsabilité unique et entière du ministère des mines et des carrières. Or il s’agit pour les différents secteurs, de se mettre en ordre de bataille pour considérer le secteur minier comme une opportunité, une offre, une demande solvable qui leur est adressée pour pouvoir s’organiser ». Le contenu local est donc l’affaire de tous !

DCPM/MMC


Partager sur :