Aller au contenu principal

LES ACTIONS ET LES PERSPECTIVES DU BURKINA FASO EN MATIERE DE CONTENU LOCAL ABORDEES AVEC LES JOURNALISTES


Actualites

A l’occasion du mois de la redevabilité, c’est le Dr Ousmane ILBOUDO, secrétaire permanent de la #SAMAO qui a abordé la problématique du contenu local dans le secteur minier burkinabè le vendredi 11 septembre 2020 à Bobo-Dioulasso.

 



Dans sa communication qui a ouvert la série de communications prévues pendant la caravane, le secrétaire permanent a traité du thème de « La problématique du contenu local dans le secteur minier burkinabè : état des lieux et perspectives ». 

Dr Ilboudo a d’entrée de jeu défini le contenu local comme étant le « développement du tissu industriel et des compétences locaux en les faisant participer aux activités industrielles dans les secteurs des hydrocarbures, des mines, de l’industrie forestières,… ». Affirmant que le Code minier burkinabè est révolutionnaire, il a assuré que nous sommes en bonne voie pour reproduire les success stories comme celles de l’Afrique du sud. Sur plus de cinquante mille emplois du secteur, les emplois directs représentent, selon Dr Ilboudo, 30% soit 11 000. Il a, par ailleurs estimé l’ensemble des investissements à 450 milliards 500 millions de francs CFA. Les hydrocarbures occupent 40% de ces investissements dont 10% pour les nationaux, 4% pour les pièces de rechange, 3% pour les matériaux de constructions. Pour lui, la réussite de la mise en œuvre du contenu local est tributaire du développement industriel. 

A travers la stratégie, l’Etat voudrait faire sortir le pays d’une dépendance des importations étrangères et des fournisseurs étrangers pour l’amener vers la fabrication locale et des fournisseurs nationaux. Pour cela, il faut promouvoir l’emploi des nationaux et le renforcement de leurs capacités. Et dans la perspective d’élaboration de la stratégie nationale du contenu local dans le secteur minier, trois ateliers ont été organisés et ont permis une concertation des acteurs, la rédaction de l’étude diagnostique, et la stratégie nationale elle-même. En vue de mieux étayer son propos, le SP/SAMAO a évoqué quelques instruments de la mise en œuvre du contenu local. Il s’agit de l’adoption d’une liste minière des biens et services locaux, la création d’une bourse de soustraitance, la cotation des actions des sociétés minières sur la bourse régionale de valeur mobilière, entre autres. En conclusion, Dr Ilboudo a souligné que le contenu local est un outil pour stimuler l’entreprenariat et le développement du secteur privé. « Pas de développement à long termes sans industries », a-t-il dit.

Des questions ont été soulevées par les journalistes après la communication, et cela a nécessité les apports du ministre, Oumarou Idani et du Directeur Général du BUMIGEB, Aristide Aimé Zongo. 

DCPM/MMC


Partager sur :